Les difficultés de réception et le traitement des incidents affectant les émetteurs

jeanyves2jeanyves2 Nb de j'aime : 86
Bonjour,

Au vu de la teneur des posts des nombreux intervenants sur ce forum, il me semble opportun de faire un point sous l'aspect professionnel.
Il apparaît que de nombreux téléspectateurs (plusieurs milliers?) ont des difficultés pour recevoir l'ensemble des multiplex depuis le passage à la norme MPEG4 alors que ça fonctionnait avant le 5 avril.
Les difficultés sont généralement dues à une configuration défavorable sur le lieu de réception (distance de l'émetteur, relief du terrain, etc...). Mais peut-être aussi aux perturbations mutuelles de différents émetteurs reçus, dans le cas hypothétique mais plausible d'une mauvaise synchronisation de certains réémetteurs locaux diffusant en SFN.
De nombreux posts font état de difficultés dans le cas où le lieu de réception se situe dans les zones de recoupement de la portée de différents émetteurs et réémetteurs.
Le cas est typique concernant la diffusion SFN du réseau R1 qui ne peut être synchronisé pour la raison que l'on sait.
Il serait donc souhaitable -car cela ne semble pas être le cas- que l'ANFR soit informée en temps réel et systématiquement des incidents qui peuvent survenir sur les émetteurs et les réémetteurs, qu'il s'agisse de problèmes de synchronisation ou de panne d'émission.
Il y a à mon avis une organisation efficace à mettre en place par le CSA et l'ANFR, pour arriver à informer de manière fiable et en temps réel les professionnels et même les usagers des incidents pouvant affecter le réseau de diffusion.
On en arrive à regretter le temps où le numéro de téléphone des gros émetteurs régionaux était dans l'annuaire, permettant de parler séance tenante à un technicien du centre...
On était immédiatement informé. Mais c'était avant... il y a bien longtemps!
Cordialement.
Share on Facebook Share on Twitter

Réponses

  • XarannXarann Nb de j'aime : 8
    Bonjour Jean Yves,

    Tu parles de société privé n'ayant aucun lien commercial avec l'ANFR. Seul les multiplex voir les chaines directement dans certain cas ont l'autorité pour discuter avec les opérateurs de diffusions. Il est donc difficile que la communication soit automatisée.
    L'ANFR a la mission Protection de la réception TV avec le CSA. Ces deux entités sont en relations permanentes avec les multiplex qui doivent s'assurer que les conditions de diffusions sont conformes à leurs engagements.
    Le schéma est relativement simple :
    Plaignant -> ANFR/CSA -> Multiplex -> Opérateur de diffusion.

    Concernant les gros émetteurs locaux, cela fait bien longtemps qu'il n'y a plus personne dans ces sites sauf dans ceux hébergeant de grosse activité comme du datacenter ou réseau très haut débit.

    Enfin pour finir, toutes les problématiques ne sont pas identifiables par les opérateurs de diffusions, ex les brouillages SFN car le cout de contrôle serait trop important au vue du cout de la diffusion.
    Ces élément sont régulièrement contrôlé notamment lors de la mise en service ou des maintenances pluriannuelles. Après il faut aussi faire confiance aux équipements. Tu ne t’arrêtes pas tous les kilomètres pour contrôler la pression des pneus par exemples.





    Share on Facebook Share on Twitter
  • jeanyves2jeanyves2 Nb de j'aime : 86
    Bonjour Xarann,

    Tout-à-fait d'accord, cela confirme bien l'idée que l'ancien système, où toute la chaîne était sous contrôle de l'état par le biais de l'ORTF, était plus pertinent.
    Le fait d'avoir cédé aux sirènes du libéralisme à tout va n'est pas forcément une avancée.
    On peut faire le parallèle avec le réseau de transport d'électricité, géré par un seul opérateur sous contrôle de l'état (RTE, entre autres reconnu comme le meilleur réseau au niveau mondial dans ce domaine).
    Que deviendraient nos campagnes si des entreprises concurrentes devaient se partager le marché? Ce serait un vraie toile d'araignée!
    Il est des domaines dans lesquels le monopole d'état devrait être la règle.
    En tant qu'ancien cadre technique de France Télécom depuis l'époque où les télécommunications faisaient encore partie des PTT, je crois être assez bien placé pour en parler.
    Cordialement.
    Jean-Yves Herhel
    Share on Facebook Share on Twitter
  • XarannXarann Nb de j'aime : 8
    Par analogie avec RTE, l'etat a conservé l'infra.
    Sur les émetteurs, tout a été vendu et appartient maintenant à des fonds étrangers divers et variés. La seule alternative pour avoir une offre de marché concurrentielle a été pour les opérateurs alternatifs de construire leur propre réseau de diffusion.
    Si l'état avait conservé les points de service, une obligation de s'implanter sur ces mêmes points aurait été suffisant et égalitaire.
    Share on Facebook Share on Twitter
  • jeanyves2jeanyves2 Nb de j'aime : 86
    Effectivement.
    Share on Facebook Share on Twitter
Cette discussion a été fermée.